Newsha Tavakolian Iran

Newsha Tavakolian Iran

Newsha Tavakolian

Un micro et une scène vide à Téhéran, 2013 © Newsha Tavakolian pour la Fondation Carmignac

Newsha Tavakolian

Un groupe d’écolières, 2013 © Newsha Tavakolian pour la Fondation Carmignac

La thématique de cette cinquième édition est l’Iran, puissance au centre des enjeux géostratégiques internationaux. Sa position géographique, sa situation économique, sa potentialité nucléaire placent aujourd’hui l’Iran à un moment déterminant de son histoire.

Newsha Tavakolian – Blank pages of an Iranian photo album

Le reportage de Newsha Tavakolian se concentre sur le sentiment de claustrophobie qui frappe la jeune génération du pays. Avec pour fil rouge le thème de l’album photo familial, ses photographies représentent ces jeunes issus de la classe moyenne en proie aux contradictions entre une société de plus en plus moderne et une idéologie islamique révolutionnaire.

« L’album de famille est la vitrine de ma génération. Les albums jaunis et les instantanés d’enfants souriants dans leurs plus beaux vêtements témoignent de nos espoirs et de nos rêves, mais ils finissent sur des pages blanches lorsque nos parents ont cessé de prendre des photos […]

L’Iran est le pays où je suis née. J’y ai été à l’école, mené ma carrière et ne suis jamais partie. Comme photographe, j’ai toujours lutté contre la perception de la société dans laquelle je vis, sa complexité et ses malentendus. Avec ce projet, j’ai décidé de continuer l’album de famille de ma génération. Pour ajouter les photos jamais prises de leur vie d’adulte telle qu’elle est aujourd’hui. J’ai suivi neuf personnes qui, dans un certain sens, permettent de décrire cette génération. Elles sont ordinaires et peuvent ainsi représenter de nombreuses personnes. Cet album de famille leur appartient, c’est ma vision de la vie en Iran aujourd’hui, sans romantisme et confinée. Les personnes qui sont photographiées sont interchangeables, placées au hasard dans le décor naturel de ce qui est ou pourrait être leur vie quotidienne.

Au début, j’ai rassemblé des instantanés de leur enfance provenant de leur propre album de famille. Puis, j’ai pris une série de photos décrivant leur vie telle qu’elle est aujourd’hui, comme dans un reportage. Les personnes ne sont pas forcément présentes sur les photos, mais celles-ci illustrent leur style de vie aux quatre coins de la mégalopole de Téhéran.

J’ai emmené mes modèles sur une montagne qui domine Téhéran, capitale de l’Iran […] Dans ce lieu, je leur ai demandé de trouver leur propre place, même si elle n’est pas plus grande que l’espace occupé par leurs pieds. Contrairement aux autres images, ces neufs portraits sont mis en scène. Aujourd’hui, ce qui m’intéresse est de pouvoir communiquer, à travers ce travail, les sentiments de certaines personnes qui vivent en Iran […]. Ce que je souhaite c’est représenter une génération marginalisée par ceux qui parlent en son nom. »

Visit le site du photographe

Lire moins

Jury

  • Anahita Ghabaian présidente du jury, directrice de la Silk Road Gallery à Téhéran
  • Christian Caujolle commissaire indépendant
  • Sam Stourdzé directeur du Musée de l’Elysée à Lausanne
  • Jean-Pierre Perrin grand reporter à Libération, spécialiste de la région
  • Davide Monteleone lauréat 2012 du Prix Carmignac du photojournalisme
  • Celina Lunsfordt vice-présidente de la Deutsche Fotografische Academy, directeur artisitque du Fotografie Forum Frankfurt
  • Reza photographe
  • Jérôme Sessini photographe
  • Mark Sealy directeur d’Autograph abp à Londres

Autres Laureats

Newsha Tavakolian Iran