Exposition inaugurale – Sea of Desire

Salle-Raysse-et-Richter-Photo-Marc-Domage
Vue d'exposition inaugurale. Martial Raysse, Gerard Richter, Photo Marc Domage

02 juin - 04 novembre 2018

Dieter Buchhart – Commissaire

SEA OF DESIRE : cette phrase, dont les mots se déploient sur la surface d’une grande peinture d’Ed Ruscha, attend les visiteurs en fin de parcours, dans la forêt. « Les mots ont une température » déclare l’artiste, « quand ils atteignent un certain degré et deviennent brûlants, ils m’attirent… ». La température des mots de SEA OF DESIRE est chaude, elle bouillonne de sens et d’ambiguïtés. D’un côté, cette phrase exprime notre Eros et notre désir de beauté ; de l’autre, elle contient notre irrésistible attirance pour le drame, voire la destruction.

Deux penchants contraires et indissociables qui sont à l’œuvre dans un magistral roman d’anticipation, écrit non loin de Porquerolles, à Sanary sur Mer, en 1931 : Le Meilleur des Mondes d’Aldous Huxley. Ce monument de la littérature pressentait les profonds changements de société dus aux nouvelles technologies, à la propagande et la manipulation des esprits. Trente ans plus tard, Huxley revisita son œuvre et vit que le monde accomplissait sa prophétie à haute vitesse : un monde séduisant qui contente les masses, mais qui se révèle rongé et manipulateur sous la surface. La société contemporaine ne fait que confirmer ces sombres prophéties.

Lire la suite

Il y a cinquante ans, en France, en mai 68, il y eut un réveil, un sursaut. L’élan de protestation et de désobéissance civile a signifié le surgissement de nouvelles libertés et le bousculement du vieux système. Si l’exposition SEA OF DESIRE ne jette pas des pavés, comme en mai 68, elle confronte le regardeur à des œuvres d’art qui le défient avec un appétit de révolte, de liberté et de recherche de beauté.

SEA OF DESIRE est conçu comme un voyage guidé par le fil du désir, qu’il faut suivre pour se perdre, dès le premier escalier qui vous emmène sous la surface. Artistes en « rébellion » se répondent d’un siècle et d’un support à l’autre, au long des huit chapitres qui structurent le parcours, de « Pop Icons Reloaded » à « Brave New World Revisited » : Sandro Botticelli, Roy Lichtenstein, Andy Warhol, Gerhard Richter et Jean Michel Basquiat, avec d’autres artistes plus jeunes, dont les voix émergent avec force.

Lire moins

Programmation

Exposition inaugurale – Sea of Desire