Araribóia, Brésil © Tommaso Protti pour la Fondation Carmignac
Photojournalisme

AMAZÔNIA - Rencontres photographiques de Guyane

Mairie de Cayenne, Guyane

20 novembre 2021 - 3 février 2022

Cette année, les Rencontres photographiques de Guyane à Cayenne ont pour thème l'Amazonie. Dans ce cadre, l'exposition AMAZÔNIA de Tommaso Protti, lauréat de la 10e édition du Prix Carmignac du photojournalisme est présentée sur les grilles de la mairie de Cayenne du 20 novembre 2021 au 3 février 2022. Son film "Life and Death in the Brazilian Amazon" fait également l'objet d'une projection pendant toute la durée de la biennale.

Entre janvier et juillet 2019, le photojournaliste italien Tommaso Protti, accompagné du journaliste britannique Sam Cowie, a parcouru des milliers de kilomètres à travers l’Amazonie brésilienne pour réaliser ce reportage. Depuis la région de Maranhão à l’est, à celle de Rondônia à l’ouest, en passant par les États du Pará et de l’Amazonas, ils dressent le portrait de l’Amazonie brésilienne contemporaine, où les crises sociales et humanitaires se superposent à la destruction inexorable de la forêt vierge, poumon de la planète.

L’Amazonie est une vaste région qui couvre neuf pays : le Brésil, la Bolivie, le Pérou, l’Équateur, la Colombie, le Venezuela, le Guyana, le Suriname et la Guyane française. D’une superficie de 5 500 000 km2, ce territoire est traversé par l’Amazone, deuxième fleuve le plus long au monde et le plus important en termes de débit. L’Amazonie représente à elle seule la moitié des forêts tropicales restantes de la planète. Elle concentre 70% de la biodiversité mondiale et abrite une espèce sur dix existantes sur Terre. Ce territoire accueille 30 millions de personnes, dont 350 groupes indigènes, vivant en grande majorité des services rendus par la nature. Mais cet écosystème est plus que jamais menacé par le développement des activités économiques de la région.

Tandis que, depuis 1999, au moins 2 200 nouvelles espèces ont été découvertes dans le biome amazonien, la forêt amazonienne est, avec 17% de sa superficie déjà détruite, une région de plus en plus vulnérable. L’activité humaine, ainsi que le dérèglement climatique, sont responsables de la dégradation et de la destruction de ce milieu naturel fragile. Les conséquences locales, mais aussi globales, sont multiples : émissions de gaz à effet de serre, destruction de la biodiversité, altération de l’hydrologie ou encore érosion des sols.



Les Rencontres photographiques de Guyane

Seul festival de photographie des départements d'Outre-Mer, né il y a 10 ans, l'ambition des Rencontres est de donner à la photographie d'auteur la place qu'elle mérite dans le paysage culturel guyanais, que les artistes exposés bénéficient d'un statut international ou qu'ils s'illustrent essentiellement au niveau régional.

Festival innovant, à chaque nouvelle édition, les Rencontres Photographiques de Guyane proposent de nouveaux dispositifs d'exposition ainsi que de nouvelles plateformes de discussion autour de l'image et de la pratique photographique.
Voir le site internet
#RencontresPhotographiquesdeGuyane

AMAZÔNIA

Araribóia, Brésil - © Tommaso Protti /pour la Fondation Carmignac
Des membres de la garde forestière Guajajara patrouillant dans la réserve indigène d’Araribóia, dans l’État de Maranhão, ont battu un autre autochtone qu’ils soupçonnent de collaborer avec des exploitants illégaux de bois. La garde effectue chaque mois des patrouilles minutieuses dans sa vaste réserve indigène, détruisant les camps des trafiquants et saisissant leur matériel, lorsque c’est possible. Il leur arrive parfois d’attraper les trafiquants sur le fait, ce qui peut se révéler particulièrement dangereux puisque les deux groupes sont armés. Dans l’État de Maranhão comme dans le reste de l’Amazonie brésilienne, la grande majorité des assassinats est liée à des conflits autour des ressources et de la terre.
Grajaú, Brésil - © Tommaso Protti / pour la Fondation Carmignac
Une zone déboisée dans le sud de l’État de Maranhao, vue depuis l’hélicoptère d’IBAMA, l’agence nationale brésilienne de l’environnement. L’État de Maranhão est l’une des régions les plus touchées par les incendies de forêt et par l’exploitation forestière illégale. Cette zone a déjà perdu 75% de sa forêt. L’équivalent d’un terrain de foot disparaît chaque minute en Amazonie. Les scientifiques s’accordent à dire que l’Amazonie atteint un point de non-retour : si la déforestation continue à augmenter, la forêt pourrait ne jamais se rétablir.
Tommaso Protti © Gabriel Bianchini
Tommaso Protti © Gabriel Bianchini

TOMMASO PROTTI

Tommaso Protti, né en Italie en 1986, vit et travaille à São Paulo au Brésil. Il a débuté sa carrière de photographe en 2011 après un diplôme en sciences politiques et relations internationales. Il se consacre depuis à ses propres projets au long cours. Son travail a été exposé dans le monde entier au Royal Albert Hall (Londres), au Greenwich Heritage Centre (Woolwich, Royaume-Uni), au musée Benaki (Athènes), au MACRo (Rome), à la galerie 10b Photography (Rome), au festival Fotoleggendo (Rome), aux Rencontres d’Arles (France), au festival du Prix Bayeux-Calvados des correspondants de guerre (France), au festival Belfast Photo (Ireland), lors du C40 Mayors Summit (Mexico City), lors de la conférence de la COP 22 des Nations Unies (Marrakech, Maroc), et de la foire d’art contemporain PARTE (São Paulo, Brésil).Ses photographies ont été publiées dans des titres d’envergure internationale tels que The New York Times, The Wall Street Journal, Time, National Geographic, The NewYorker, The Guardian, The Independent, Le Monde, Corriere della Sera, parmi d’autres.Il travaille également avec des organisations internationales comme les Nations Unies. Tommaso est membre de l’agence Angustia.

la tete dans les images

Un projet porté par l’association La Tête Dans les Images

L’association La Tête Dans les Images a pour vocation de promouvoir la photographie en Guyane.