Photojournalisme

13e Edition du Prix Carmignac du photojournalisme

La 13e édition du Prix Carmignac du photojournalisme est consacrée au Ghana et à ses défis écologiques et humains.

Pour candidater, rendez-vous sur le formulaire en ligne.

Sélectionné·e par un jury international, le·la lauréat·e reçoit une bourse de 50 000 € lui permettant de réaliser un reportage de terrain de 6 mois avec le soutien de la Fondation Carmignac qui finance, à son retour, une exposition itinérante et l’édition d’un livre monographique.

Référence en Afrique de l’Ouest pour sa stabilité politique et son respect du multipartisme, le berceau du panafricanisme doit faire face à la prolifération de décharges à ciel ouvert comme celle d’Agbogbloshie où réside près de 80 000 personnes. Le Programme des Nations Unies pour l’environnement a identifié le Ghana comme l’une des premières destinations mondiales pour les déchets électroniques.

Bien que le droit international se soit mobilisé pour limiter les déplacements de déchets dangereux avec la Convention de Bâle (1992) puis la Convention de Bamako (1998), rien n’indique un changement d’orientation au Ghana. Attiré par des coûts de traitements moins élevés et disposant pourtant de centres de recyclage performants, l’Europe de l’Ouest est aujourd’hui l’une des régions les plus exportatrices de ces déchets illégaux avec près de 600 000 tonnes par an.

Environ 95 % des déchets électroniques au Ghana sont collectés et recyclés par le marché informel. Ce travail est accompli par des personnes non qualifiées, souvent mineures, et sans aucunes régulations sanitaires. En cherchant à récupérer des matériaux précieux tels que le cuivre et l'or, elles sont exposées à plus de 1 000 substances nocives, dont le plomb ou le mercure. Ces déchets ne sont pas biodégradables et s'accumulent dans l'environnement et les êtres vivants. Selon l’OMS, « Un enfant qui mange un seul œuf de poule provenant d'Agbogbloshie, absorbera 220 fois la limite quotidienne d'absorption de dioxines chlorées (polluants organiques) ».

La photographie a tenu un rôle important dans la vie de cette société postcoloniale, témoignant de la vie quotidienne, de la vie de famille et révélant un âge d’or politique et culturel dans les années 1960 et 1970. Il est important aujourd’hui que ce médium donne à voir des réalités qui vont à l’encontre de l’utopie d’un monde commun défendu depuis l’indépendance.

Le Prix Carmignac du photojournalisme entend soutenir la production d’un projet journalistique et photographique qui documente cette crise écologique, humaine et transnationale.

Le jury de la 13e édition se réunira à Paris en novembre 2022.


Candidatures ouvertes jusqu'au lundi 17 octobre 2022 à 23h59 (GMT).


Déposer votre candidature


Télécharger le communiqué de presse


  • À propos du Prix Carmignac du photojournalisme ?

  • Le jury

  • À qui s'adresse l'appel à candidature ?

  • Quand et comment le·a lauréat·e sera t-il·elle prévenu·e ?

  • Que doit contenir le dossier ?

  • Besoin d'aide ?